AMBITION BLOCKCHAIN

Tweet about this on Twitter Share on LinkedIn Share on Facebook

Vendredi 8 mars, le Groupe BSF, membre d’AGIRAGRI, participait à Matinagri, petit déjeuner/débat trimestriel organisé par le Groupement. Ce fût l’occasion d’appréhender une technologie qui questionne mais dont les réponses devraient assurément faire très rapidement partie de notre quotidien et plus spécifiquement du quotidien du secteur agricole et viticole.

« La technologie des blockchains va avoir un impact socio-économique comparable à celui de la machine à vapeur en son temps ». Emmanuel Aldeguer, fondateur de Smart Farmers, était l’invité de cette Matinagri. Il a plongé les participants dans un nouveau monde, celui des blockchains et de l’intelligence artificielle. Ridicule ? Effrayant ? Peut-être aujourd’hui. Mais Emmanuel Aldeguer l’affirme : « d’ici deux ans, cela nous paraîtra à tous une évidence ».

Cette technologie est difficile à appréhender car elle est liée à la cryptographie, aux mathématiques et à l’informatique. Mais tout le monde pourra en bénéficier. La blockchain a été créée par des cyberpunks qui, pour se défaire, à la suite de la crise financière de 2008, de l’Etat et des organes centraux, ont imaginé des protocoles d’échanges complètement décentralisés. Cette technologie permet de créer des éléments de valeur, des « cryptoactifs », qui permettent de gérer des échanges entre des collectifs en se passant de tiers de confiance. « Cela va avoir un impact très fort dans l’ensemble de nos vies », assure Emmanuel Aldeguer.

En agriculture, le collectif existe déjà : Cuma, coopérative, Ceta… il y a un fort terreau de structures collectives et une tradition sur laquelle s’appuyer. Les agriculteurs sont par ailleurs très impactés par les échanges (chaîne alimentaire). « La blockchain va offrir une autre dimension à leurs échanges, moins locales et avec une traçabilité totale qui permettra aux exploitations d’améliorer leur rentabilité grâce à une meilleure connaissance, apportée par l’échange de données ». Les possibilités qu’offrent le digital sont infinies. Reste à les inventer.