Les mauvaises surprises de la fusion AGIRC-ARRCO

Tweet about this on Twitter Share on LinkedIn Share on Facebook

Votre future retraite sera-t-elle minorée ?

Premier changement : la cotisation
Elle augmente pour tous les salariés, avec un effort plus important demandé aux plus hauts salaires.

Deuxième changement : la pension de réversion
Agirc et Arrco n’avaient pas prévu le même âge pour les pensions de réversion. C’est le mieux disant qui a été choisi pour ce nouveau régime unifié et désormais les pensions de réversion seront versées à partir de 55 ans.

Troisième changement : le bonus-malus
C’est l’autre nouveauté du dispositif et elle ne passera pas inaperçue, car tout est fait pour vous inciter à travailler plus longtemps.
Si vous êtes nés en 1957 ou après, même si vous avez 62 ans, même si vous disposez de toutes vos annuités, même si vous êtes « carrière longue », vous ne pourrez pas toucher votre retraite complémentaire en entier si vous vous arrêtez à 62 ans. Une minoration de 10% pendant 3 ans sera appliquée sur votre pension ! C’est le malus.

Si vous partez à 63 ans, vous toucherez votre retraite complémentaire normale.

Le bonus sera pour ceux qui acceptent de continuer à travailler jusqu’à 65 ans. Un petit bonus, puisqu’il consiste en un versement supplémentaire de 10%, mais durant un an seulement. Bonus porté à 20% si vous travaillez jusqu’à 66 ans, et à 30% pour une pension demandée à 67 ans.

Quelle stratégie adopter ? 

Si vous êtes concerné par le futur malus, vous devez effectuer des simulations avec différents âge de départ à la retraite pour en connaître le réel impact pour vous.

Il s’agit de savoir s’il vaut mieux liquider dès l’obtention de son taux plein avec un malus pendant 3 ans ou attendre 1 an de plus après avoir atteint le taux plein et sans malus.

EN SAVOIR PLUS

 


Pour plus d’informations, contactez le Groupe BSF : 05 57 55 05 05 – infos-bsf@bsf.fr